Témoignage : je vis avec un diabète de type 1 et j’ai eu la Covid-19

Date
Share

Bonjour et bienvenue dans ma chronique 🙂 Je suis Léonor Marchand (@t1d.leonor), j’ai 28 ans, je suis sportive, passionnée de voyages, et fascinée par les relations humaines. Je vis avec un diabète de type 1 depuis 2016 et je suis la fondatrice de l’association Type 1 Family.

Comme le monde entier, j’ai vécu le premier confinement, avec l’appréhension d’attraper la COVID. Partout, on pouvait lire que les personnes atteintes de maladies chroniques étaient plus à risque face au coronavirus. En tant que personne DT1, cela n’aidait pas à relativiser. 

Diabète de type 1 et COVID-19 : j’ai été testée positive. Et après ? 

Cet été, j’ai commencé à ressentir des symptômes très légers, qui, au premier abord, faisaient plutôt penser à un coup de froid. Un petit rhume et quelques maux de gorge

Pourtant, le lendemain, je reçois un message : une personne avec qui j’ai été en contact a été testée positive et d’autres ami·e·s ont des symptômes. Je vais immédiatement dans un laboratoire pour réaliser un test PCR. Le résultat tombe le jour suivant, je suis positive. A ce moment-là, je suis rassurée : 

  • globalement, je me sens bien, avec un simple rhume,
  • mon diabète est équilibré.

Le laboratoire me dit de prendre rendez-vous chez ma médecin généraliste. Je la vois immédiatement en téléconsultation. Elle me prescrit simplement du paracétamol et du repos, ainsi qu’un confinement de 14 jours. Munie de mon masque et sans autre choix, je fais des dernières courses en drive, un dernier passage à la pharmacie pour mes insulines et capteurs, et j’en profite pour faire le plein de vitamines, de zinc et huiles essentielles. Je vis avec un diabète de type 1 et j’ai la COVID mais qu’à cela ne tienne : je suis prête à m’isoler.

Un impact physique et psychologique 

Les jours suivants, les symptômes de la COVID se développent. J’ai toujours un rhume, auquel viennent s’ajouter des maux de tête intenses, des maux de gorge, une gêne au niveau des poumons, et surtout une fatigue extrême. Je perds finalement le goût et l’odorat deux jours plus tard. 

Si l’on considère le jour de l’apparition des premiers symptômes comme J+4 après le supposé contact COVID, de J+8 à J+14, je suis au plus mal. Je reste 2 jours au lit. Il n’y a rien à faire à part me reposer et prendre soin de moi. Je prends des tisanes au thym et au miel, des vitamines B et C, du zinc, et je respire chaque jour un mélange d’huiles essentielles supposé faciliter le retour de l’odorat. 

Être privée de mes sens a un véritable impact psychologique. Ne plus pouvoir sentir et goûter mes repas me déprime terriblement. Quand on est malade, confinée et en télétravail, les pauses repas sont censées être un rare moment de joie et de réconfort. Je le vis donc plutôt mal.

Après 14 jours, je retrouve le goût et l’odorat (avec joie !!!), et je commence à me sentir beaucoup mieux. La fatigue persiste, mais je suis guérie, je reprends ma vie normale. 

Pendant environ 2 mois, des épisodes de fatigue intense et des maux de tête sont réapparus de façon périodique. Je pouvais me lever en pleine forme un jour, et le lendemain me sentir vidée de toute mon énergie. C’était très perturbant et frustrant. 

Gérer mon DT1 en ayant la COVID

Mes glycémies étaient élevées pendant les deux premières semaines. Je ne sais pas si c’était dû à la résistance à l’insuline, au manque d’activité ou simplement au coronavirus (probablement un mélange des 3), mais gérer mon DT1 en ayant le coronavirus est devenu très compliqué. 

La difficulté à gérer mes glycémies a persisté plusieurs semaines après la fin des symptômes. J’attribue cela surtout à la diminution de l’activité physique : j’étais fatiguée, donc je ne faisais pas autant de sport que d’habitude, donc ma glycémie avait tendance à être haute et mes besoins en insuline plus importants. J’ai notamment augmenté ma basale pour l’adapter à ces besoins plus importants.

Finalement, je m’en suis sortie, et malgré le diabète de type 1, j’ai guéri de la COVID. 

En parler ou pas ? 

Lorsque j’ai été testée positive à la COVID, j’ai hésité à en parler pour plusieurs raisons. J’avais peur de la réaction des autres, et c’est une information médicale et personnelle. Cependant, j’ai réalisé que les témoignages de personnes vivant avec un diabète de type 1 ayant eu le coronavirus étaient rares. J’ai compris que mon témoignage pouvait aider d’autres personnes et surtout les rassurer. J’ai finalement décidé d’en parler.

Les personnes avec un DT1 ne sont pas plus à risque que les autres face à la COVID, sauf si elles ont un diabète déséquilibré. Les risques majeurs sont surtout liés à l’âge (+ 65 ans) ou à des pathologies associées. Cependant, avoir le coronavirus rend la gestion du diabète de type 1 plus compliquée, comme c’est également le cas avec tout autre virus. D’après ma propre expérience, il m’a fallu plus de temps que mes ami·e·s pour récupérer. 

Ma conclusion : on peut guérir de la COVID-19 en ayant un diabète de type 1. Il ne faut pas sous-estimer le virus, mais tout de même se rassurer : avec du repos, une équipe soignante à vos côtés et un entourage qui vous soutient, notamment la communauté DT1, vous pouvez vous en sortir. 

Elles vivent avec un diabète de type 1 et elles aussi ont eu le coronavirus 

« J’ai de la chance car mes symptômes sont très légers : tout a commencé avec un faible mal de gorge qui a disparu au bout de 24h, et puis j’ai eu les symptômes d’un petit coup de froid : nez qui coule, éternuements, yeux qui piquent. Tout est parti très vite, j’ai perdu l’odorat au bout de 5 jours. Et c’est tout ! » – Laura, DT1 depuis 27 ans.

« Grâce au témoignage de Léonor, je n’ai pas eu peur et je la remercie. Je me dois de faire ce même partage d’expérience pour rassurer tou·te·s les personnes avec un diabète dans ce contexte plus qu’anxiogène. » – Coco & Podie